It's time for child care for all - Des services de garde éducatifs pour tous

Le budget 2021 de l’Ontario a été publié le 24 mars. Bien que nous ne soyons pas surpris que Doug Ford ait encore profondément manqué de respect aux parents et aux éducateurs, nous sommes déçus. Et étant donné que nous avons assumé un énorme fardeau pendant cette crise, nous sommes furieux, 
Qu’espérions-nous dans un budget pendant une pandémie ? Nous espérions une réduction des ratios, un salaire de pandémie pour les éducatrices et un investissement dans le système pour montrer que ce gouvernement reconnaît que les services de garde d’enfants *sont* essentiels.

Mais voici ce que nous avons obtenu : aucun nouveau financement, la mise en œuvre d’une coupe de 49 millions de dollars (mettant fin à une entente de partage des coûts avec les villes pour les frais d’administration) et la ré-annonce de ” nouvelles ” places en garderie (d’abord annoncées en 2019, ce sont de vieilles nouvelles… la question est vraiment de savoir pourquoi ces places n’existent pas encore).

Et un crédit d’impôt pour les familles.  


Nous avons des familles, donc nous savons que chaque centime compte et que chaque dépense est prise en compte. Mais voilà : ces crédits d’impôt ne font aucune différence pour les éducateurs qui sont payés une misère. Les crédits d’impôt entretiennent le bras de fer entre les frais de garde d’enfants et les bas salaires des éducateurs. Lorsque les frais augmentent, seules certaines familles peuvent se permettre de les payer. Lorsque les frais n’augmentent pas, les salaires des éducateurs sont bloqués. Le salaire horaire médian des éducateurs en Ontario est de 16,91 $ – bien en dessous du coût de la vie dans la majorité des villes de cette province.   

Les crédits d’impôt ne sauveront pas les garderies qui sont en difficulté. En effet, le modèle de crédit d’impôt pour le financement indirect des services de garde est l’un des moyens les plus inefficaces de mettre en place un véritable système de garde d’enfants, car il subventionne les services de garde à but lucratif sans rien faire pour maintenir des frais disponibles. En 2020, les services de garde d’enfants ont dû faire face à un faible taux d’inscription, à des attentes compliquées et changeantes en matière de contrôle de la propagation des infections, et à des travailleurs de la petite enfance quittant le secteur pour cause de maladie et d’épuisement professionnel alors que leur charge de travail triplait. Les programmes diminuent et ferment à cause de cette approche fragmentaire – Doug Ford devait proposer un plan, et il a raté cette occasion. Les parents, le personnel des services de garde et nos communautés ne peuvent plus attendre les services de garde universels.

En 2021, les familles se mettront à la recherche d’une place, et elles trouveront les mêmes longues listes d’attente et les mêmes frais élevés. Les crédits d’impôt ne serviront à rien si les familles ne trouvent pas de place. Ce gouvernement s’attaque aux services de garde d’enfants d’haute qualité par le biais de ce budget, et il a laissé tomber des millions d’Ontariens dans le processus.

Nous avons besoin d’un système de garde d’enfants universel, d’haute qualité et financé par les deniers publics, et il ne sera pas construit avec des crédits d’impôt. Doug Ford ne peut pas se contenter de renvoyer la balle au gouvernement fédéral tout en restant les bras croisés – il a le pouvoir de réparer notre système brisé, et il a décidé de ne pas le faire. 

[social_share template="single-post" postid="325" shareurl="http://ottawa.ccnow.ca/2021/03/28/budget-ontarien-2021-doug-ford-renvoie-la-balle/?ss=325"]